FrenchEnglishArabicPortuguese

Un jury international

Choisi par les organisateurs, le jury du PAJI NZ est composé de 9 membres : 7 journalistes professionnels et deux représentants d’organisations issues des sociétés civiles africaines.

Président du jury

Germain Bitiou NAMA – Burkina Faso
Journaliste, directeur fondateur du bimensuel d’investigation « L’Événement » et de la « Radio Loudon » à Sapouy-Ziro, il est correspondant de RSF au Burkina Faso. Membre fondateur du mouvement burkinabé des droits de l’Homme et des peuples ; et membre du comité d’orientation de l’autorité supérieure de contrôle d’État et de lutte contre la corruption.

Les journalistes

Macharia GAITHO – Kenya
Journaliste indépendant, il a tenu une chronique hebdomadaire dans le Daily Nation au cours des 20 dernières années et contribue également à l’actualité et à l’analyse politique. Macharia était rédacteur en chef de projets spéciaux avec les journaux Nation jusqu’en 2015, date à laquelle il a opté pour le journalisme indépendant.

Reyhana MASTERS – Zimbabwe

Journaliste, rédactrice régional pour l’Afrique du Réseau international de la liberté d’expression (IFEX), formatrice en médias et chercheuse pour de nombreuses organisations nationales et internationales. Elle est également consultante indépendante en communication et médias au Zimbabwe.

Will FITZGIBBON – Australie

Journaliste d’investigation, il est coordonnateur Afrique et Moyen-Orient du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) basé à Washington DC aux États-Unis. Avant de rejoindre l’ICIJ en 2014, Will Fitzgibbon a travaillé au Bureau of Investigative Journalism (TBIJ) à Londres.

Hanene ZBISS – Tunisie

Journaliste d’investigation, présidente de l’UPF-Tunisie, elle est spécialisée dans les enquêtes relatives à la santé et à la lutte contre la corruption. Prix Raef Badaoui (2019) pour les « Journalistes courageux ». 

Anne-Cécile ROBERT – France

Journaliste, spécialiste des institutions européennes et de l’Afrique, elle est membre du comité de rédaction et du directoire du mensuel Le Monde diplomatique. Elle s’intéresse en particulier aux systèmes politiques et institutionnels ainsi qu’à la démocratie, ses limites et ses dysfonctionnements. 

Filoména SILVA – Cap-Vert

Journaliste, fondatrice et directrice du journal d’investigation « Asemana ». Ancienne présidente du Conseil d’administration de la CENOZO, elle est membre de Media fondation for West Africa (MFWA). Elle est également membre du Conseil consultatif pour l’Afrique de la Fondation Open Society.

Dapo OLORUNYOMI – Nigéria

Investigative journalist, he’s currently the publisher of Nigeria’s leading investigative news platform, Premium Times. Previous to this, Dapo Olorunyomi served as pionner policy director and chief of staff at Nigeria’s leading anti-corruption agency, the Economic and Financial Crimes Commission (EFCC).

Sociétés civiles

Germain Bitiou NAMA – Burkina Fasso

Directeur fondateur du bimensuel d’investigation « L’Événement » et de la « Radio Loudon » à Sapouy-Ziro, il est correspondant de RSF au Burkina Faso. Membre fondateur du mouvement burkinabé des droits de l’Homme et des peuples ; et membre du comité d’orientation de l’autorité supérieure de contrôle d’État et de lutte contre la corruption.

Me Benao BATIBIÉ – Burkina

Avocat co-fondateur de la société civile professionnelle d’avocats LEGALIS (Burkina Faso). Il est ancien Secrétaire Général du Syndicat des Avocats du Burkina Faso (SYNAF) et membre de l’Union des jeunes avocats du Burkina (UJA-B). Il est également membre de l’Association des Jeunes Avocats de l’Afrique de l’Ouest (AJAAO).

Invité spécial

Khaled DRARENI – Algérie

Journaliste, militant pour la liberté de la presse et fondateur de Casbah Tribune. Il a été arrêté et incarcéré par les autorités algériennes le 7 mars 2020 après avoir couvert des manifestations du Hirak, puis jugé et condamné à trois ans de prison ferme le 10 août 2020 pour «  ncitation à attroupement non armé et atteinte à l’intégrité du territoire national ». Sa condamnation est confirmée en appel, bien que réduite à deux ans, en septembre 2020. Il a été libéré le 25 février 2021 et, après cassation du jugement en mars, un nouveau procès est attendu.